Visiter Saint-Pétersbourg en 5 jours

par Miryam
4 commentaires

Direction la Russie, je vous emmène à Saint-Pétersbourg, la capitale des Tsars à la découverte de ses joyaux et ses mystères. Une ville toute en contraste mais incroyablement fascinante …

Saint Pétersbourg … Le fait de juste évoquer son nom suffit à vous transporter. Cette ville, c’était un rêve de petite fille. La Russie m’inspire depuis mon plus jeune âge. C’est ça quand on est passionnée d’histoire. Ça faisait donc pas mal de temps que je songeais à y aller sans trop oser. J’ai franchi le pas un dimanche de janvier alors que j’étais en train de faire une pause dans mes révisions alors que je parlais au téléphone avec ma mère. Et je me suis lancée, je venais de réserver un billet sur un coup de tête pour Saint Pétersbourg !

Jour 1 : De Paris à Saint-Pétersbourg …

Réveil aux aurores et départ pour l’aéroport. Un peu (beaucoup) stressée à cause des formalités. Il faut dire que ce rendre en Russie est un parcours du combattant administratif qui peut mal se terminer. Gros coup de stress au moment de l’embarquement : ai-je bien rempli mon e-visa ? Et si j’ai un refus d’embarquer ? Après la première vérification, je souffle. Viens le tour de la seconde vérification plus poussée des agents. Tout va bien ! À moi Saint-Pétersbourg. Sur le moment, j’avais envie de sauter de joie ! Première victoire. J’embarque, cap à l’Est. Da Svidania Paris !

Je ne profiterai pas de la vue sur la Baltique, le ciel est complètement bouché. Presque à l’atterrissage, j’aperçois l’immensité des steppes nues qui me font dire que je suis bien en Russie …
Débarquement et je me dirige vers le contrôle aux frontières. La trajectoire dans l’aéroport est vraiment très facile. Ce qui frappe, ce sont les panneaux signalant qu’il est interdit de prendre des photos et le nombre de policie(è)res tout le long du parcours qui veillent au grain. Je panique un peu, mais j’ai un peu de chance puisque je tombe sur une employée très amicale qui au moment de partir me gratifie d’un « au revoir »en français après l’avoir remerciée et saluée en russe. Ce premier contact russe me réchauffe le coeur !

Priviet Saint-Pétersbourg !

Me voilà en Russie ! Je me dirige en priant les dieux des DAB que ma carte puisse fonctionner pour retirer de l’argent. Immense soulagement, ça fonctionne. Avant de me diriger vers la sortie, je tente de me connecter au wifi de l’aéroport. Je récupère les dernières indications d’Alina et je file prendre le bus pour Moskovskaïa afin de prendre le métro direction la fameuse Perspective Nevsky, où se trouve mon auberge. Je profite du trajet pour m’imprégner du paysage. Il est exactement comme je me l’imaginais : froid, charbonneux, russe. Puis si soviétique en arrivant à Moskovskaïa. Rien à voir avec ce que j’ai pu voir dans d’autres villes ayant connues le communisme. Je me sens emplie de quelque chose d’inexplicable, je me promet de répondre à cette question d’ici à la fin de mon séjour …

Après quelques péripéties pour acheter ma carte Podorojnik, je me dirige vers le quai du métro. Là encore, je suis frappée par la présence de checkpoint à l’entrée du métro tenu par des policiers ainsi que par le nombre astronomique de caméras. C’est à la fois pour la voyageuse solo que je suis, rassurant et pour l’occidentale que je suis, hallucinant. J’oublie vite tout ça quand je prends les fameux escalators raides et infinis. Les souvenirs des escalators du métro de Prague me paraissent insignifiants à côté. Je me sens encore plus en Russie ! Lorsque je monte dans la rame de métro, c’est un véritable voyage dans le temps qui s’offre à moi. J’essaye de toutes mes forces de m’imprégner de l’atmosphère. J’ai l’impression que mes sens sont mis à rudes épreuves. J’essaye de garder toute mon attention et j’arrive enfin à Perspective Nevsky. Je suis le flot de passagers. Les couloirs du métro sont bondés en ce samedi. Je sors de la station qui est cachée sous un immeuble et je me retrouve face à la Maison du Livre et la Cathédrale Notre Dame de Kazan, puis c’est une vue digne des livres de la littérature russe qui s’offre à moi … Que d’émotions.

J’arrive dans mon auberge ou plutôt ma Datcha russe et elle est exactement comme je me l’imaginais. Je voulais quelque chose qui soit hors du temps, je suis servie. Je décide de m’accorder une pause avant de sortir. J’ai eu mon lot d’émotions pour la journée. Du moins, c’est ce que je crois …

Plus tard, je rejoins Alina qui m’attend devant la Maison du Livre. C’est la première fois que nous nous rencontrons. Je suis vraiment heureuse de la voir d’autant que nous sommes deux anciennes assistantes de langue. Sous une pluie battante, nous allons vers Sennaya Plochad’ pour me procurer une carte SIM. C’est l’occasion de faire une petite balade nocturne dans les rues de Saint-Pétersbourg et de faire connaissance sous des trombes d’eau. L’achat de la carte SIM effectué, nous nous dirigeons vers un restaurant Géorgien pour le dîner. Je suis assez surprise par le dress code du restaurant, mais Alina m’explique que les russes sont toujours sur leurs 31 au restaurant … Voilà qui est intéressant. Par contre, mon ego en prend un coup et je me sens encore plus complexée. Je me concentre sur ma délicieuse soupe et mes Khinkalis … Ça suffit à mon bonheur.

La soirée est bien avancée et nous décidons de partir. Nous avons eu toutes les deux une longue journée. En reprenant nos affaires, je me rends compte que je ne trouve plus mon passeport … Je le cherche une fois, puis deux, je vide mon sac et rien. Grosse panique ! C’était bien trop parfait, il fallait absolument qu’il se passe quelque chose pour gâcher cette première journée. Nous réfléchissons et nous nous repassons le film de la soirée. On se rend compte qu’il ne peut être que dans l’agence MTC où nous avons acheté la carte SIM. On décide d’y retourner puisque c’est à deux pas mais nous trouvons porte close.
Là c’est vraiment la panique. Je commence à regarder sur le site du consulat la procédure à faire pour déclarer la perte. La perspective d’aller dans un commissariat de police russe m’effraye totalement. On se dit qu’il est impossible de faire quoique ce soit maintenant et qu’on trouvera une solution le lendemain. Je retrouve mon cocon russe en espérant que tout ça ne soit qu’un mauvais rêve (Gros merci à Guillaume qui a subit à distance ma panique totale 🙈)

Jour 2 : Une journée à Pouchkine et des feux d’artifices

Ce deuxième jour à Saint-Pétersbourg commence sur les chapeaux de roues. Après une mauvaise et très courte nuit, je rejoins Alina et nous filons vers l’agence où nous avions la veille acheté ma carte SIM.
Et bonne surprise, l’employé nous a reconnu et nous a donné le passeport qu’il avait précieusement caché. Gros ouf de soulagement ! Je me voyais déjà dans un commissariat russe. Je peux enfin respirer et profiter de mon séjour à Saint-Pétersbourg.

Il est temps d’aller petit-déjeuner avant de filer à Pouchkine, à 25km de Saint-Pétersbourg pour visiter le Palais Catherine. Pour nous rendre à Pouchkine et prendre une Marchroutka (sorte de taxi/bus collectif), nous traversons la grande place Moskovskaïa ce qui me permet d’admirer l’architecture soviétique, le classicisme stalinien. C’est d’ailleurs, la plus grande place de Saint-Pétersbourg. Elle est notamment connue pour l’immense Maison des Soviets construite entre 1936 et 1941. Cette place devait servir de nouveau centre ville, loin du centre ville historique de Saint-Pétersbourg avec son architecture impériale.

Une journée au Palais Catherine

Arrivée à Pouchkine, c’est un tout autre paysage qui s’offre à moi. Le Palais Catherine plus connu sous le nom de Tsarkoïe Selo (« Village des Tsars » – c’est l’ancien nom de la ville de Pouchkine) est un palais de style baroque du XVIIIème siècle. C’était la résidence d’été de Catherine I. Le palais fut agrandit et le jardin aménagé sous l’impulsion de Catherine II par la suite. Le palais est surtout connu pour la grande salle et le cabinet d’ambre.

On accède au palais par la façade sud et depuis les jardins. Ce qui frappe au premier abord, c’est l’immensité de la façade bleue et blanche longue de 300m ! C’est d’une beauté à couper le souffle. On sent vraiment tout le poids de l’histoire. J’ai visité pas mal de palais, mais je crois très sincèrement que le Palais Catherine est ce que j’ai vu de plus beau jusqu’à maintenant. La magnificence et l’histoire russe sans doute …

Il y a du monde en ce dimanche férié, beaucoup de russes notamment et très peu, voir quasiment pas de touristes. Néanmoins, nous ferons 1h de queue pour accéder aux caisses. Je n’ai acheté aucun billet sur internet dans la mesure où j’ai une carte étudiante et que je voulais essayer de bénéficier du tarif étudiant. Je vous recommande quand même d’acheter vos billets en avance. Normalement, pour la visite du Palais Catherine, le tarif étudiant est uniquement valable pour les étudiants russes ou issus des anciennes républiques soviétiques. J’aurai droit à une petite entorse au règlement grâce à la charmante mamie à la caisse. D’ailleurs, c’est le début d’une belle histoire d’amour avec les mamies russes …

Alina et moi, nous séparons, elle fera la visite du palais avec la guide russophone et moi avec mon audioguide. La visite est fascinante, vraiment. L’extérieur est éblouissant, mais l’intérieur l’est encore plus. On est transporté au coeur de la Russie impériale.

Le soleil étant de retour, on termine la visite par une balade dans les jardins, jusqu’au Petit Ermitage. En hiver, l’accès aux jardins est gratuit ce qui permet de pouvoir s’y balader à sa guise. C’est magnifique en hiver, avec les bassins et le petit ruisseau gelé même s’il manque évidemment de la neige. Je ne suis pas déçue car je sais que j’y reviendrai …

Saint-Pétersbourg sous les feux d’artifices

Après cette journée passée à Pouchkine, nous retournons à Saint-Pétersbourg. C’est déjà la fin de la journée et nos ventres crient famine. Alina me propose d’aller manger un Blini chez Tepemok, sorte de cantine boui-boui russe. J’en profite pour goûter mes premiers Pelmeni !

La journée a été longue, nous nous séparons au centre ville. J’en profite de mon côté pour aller faire une balade nocturne sous la pluie sur la Perspective Nevsky en passant par la Place du Palais jusqu’aux berges de la Neva. Saint-Pétersbourg est magique de nuit ! Arrivée devant le Palais d’Hiver, je me prends un instant pour Anastasia. Un rêve de petite fille vient de se réaliser.

Je profiterai du feu d’artifice annoncé ce soir depuis ma chambre avec la vue sur la Cathédrale du Saint-Sauveur-Sur-Le-Sang-Versé. Je m’endormirai cette nuit là, des images et des instants gravés à tout jamais dans ma mémoire.
La Russie m’a totalement conquise …

Jour 3 : De l’autre côté de la Neva : entre histoire et culture underground

Un autre jour férié en ce lundi. Le décalage horaire a raison de moi depuis mon arrivée à Saint-Pétersbourg. J’ai un mal fou à le gérer. Je décide d’aller prendre mon petit déjeuner dans la Maison du Livre, au coeur du mythique Café Singer. Le cadre est superbe, ça me rappelle les cafés viennois d’ailleurs mais en plus beaux encore (sorry l’Autriche!) . Et la vue sur la Cathédrale de Kazan et la Perspective Nevsky est magnifique.

Quand l’architecture et l’histoire ne font qu’un

Il est déjà temps de prendre le métro, direction le nord de Saint-Pétersbourg, de l’autre côté de la Neva sur l’île de Petrogradsky. C’est là que je passerai la journée qui commence par la découverte de la Mosquée de Saint-Pétersbourg. C’était vraiment une chose que je voulais absolument voir d’autant que son histoire est très intéressante. En effet, elle a été construite en 1913 pour fêter les 25ème anniversaire du règne d’Alim Khan à Boukhara en Ouzbékistan. D’ailleurs son architecture rappelle énormément le mausolée Gour Emir à Samarcande, dont justement Nicolas Vassiliev l’architecte de la mosquée, s’est inspiré. Si vous aimez l’architecture perse avec ses couleurs et ses formes alors je vous recommande vivement d’aller y jeter un coup d’oeil …

Juste à côté, se trouve un musée que j’avais vraiment hâte de découvrir. Vous connaissez ma passion pour l’histoire, il était donc évident et même important pour moi d’aller visiter le musée national d’histoire politique de la Russie. Là encore, le lieu qui l’abrite est fascinant puisqu’il se trouve être la maison de la maîtresse du Tsar Nicolas II, une maison typiquement Art Nouveau.

De plus, et c’est ce qui ajoute à ce lieu toute sa symbolique c’est que c’est sur le balcon que l’on aperçoit à l’entrée que Lénine y a fait en 1917 son célèbre discours lors de la révolution d’octobre. Tout comme il est très impressionnant de visiter son bureau, conservé dans son état d’origine. Un lieu chargé d’histoire, je vous dis !

Si l’histoire de la Russie vous intéresse, c’est clairement une visite à ne pas surtout pas manquer. J’en suis ressortie très touchée et émue devant l’histoire d’un pays aussi fascinant que la Russie. J’ai été beaucoup marquée par ce très beau mémorial en hommage aux millions de russes qui furent envoyés dans les goulags. Il s’agit d’un monticule de pierres portant chacune un numéro représentant le matricule d’un zeks … Extrêmement touchant et impressionnant.

Le soleil étant au rendez-vous, je continue ma balade vers la Forteresse Pierre et Paul qui est considérée comme les fondations de la ville. Les pétersbourgeois profitent eux aussi du soleil, nageant dans la Neva dans l’eau glacée ou comme moi, se baladent les pieds littéralement dans l’eau tout au tour de la forteresse. De là, la vue sur la ville est exceptionnelle.

Je prolonge la visite vers la Cathédrale Pierre et Paul qui se situe au coeur de la forteresse. C’est une visite à faire, pour admirer le spectaculaire intérieur de la cathédrale. C’est ici que sont enterrés les membres de la famille impériale et notamment le Tsar Nicolas II ainsi que sa famille.

Plongée dans le Saint-Pétersbourg underground

Après cette petite plongée dans l’histoire russe, je décide de poursuivre ma balade à pied pour m’enfoncer davantage dans l’île de Petrogradsky. Il y a un lieu que je veux absolument voir … Cette petite balade piétonne, me permet de découvrir un coin de Saint-Pétersbourg hors des sentiers touristiques et de me plonger dans le quotidien des pétersbourgeois et de découvrir des immeubles magnifiques. Je me promets de visiter lors de mon prochain séjour, les immeubles notamment à cause de leurs histoire particulièrement intéressante …

En attendant, direction la Kamchatka. Un lieu absolument emblématique pour les russes et absolument inconnu pour nous, sauf si vous avez eu la chance comme moi de voir le merveilleux Leto (L’été en russe), film réalisé par Kirill Serebrennikov dans lequel, on se retrouve plongé en 1981 à Leningrad (Saint-Pétersbourg n’avait pas encore changé son nom) qui fut le berceau du rock soviétique et qui a vu la naissance d’un des plus gros groupe de rock d’URSS, Kino (Кино) mené par son charismatique chanteur, Viktor Tsoï.

La Kamchatka est un bar/musée avec pleins d’objets rendant hommage à Viktor Tsoï. C’est aussi et surtout là qu’il travaillait comme chauffagiste à l’époque où il a commencé à monter Kino. Le soir vous pouvez y boire un verre et assister à des concerts de rock russe des années 80. Et dans la cour de l’immeuble, vous pouvez admirer pleins de street art lui rendant hommage ainsi qu’un petit mémorial. Sachez que vous n’y croiserez pas de touristes mais seulement des russes … C’est donc une super immersion en Russie ! Je me suis d’ailleurs promis lorsque j’irai à Moscou de faire un saut dans la rue Arbat pour jeter un coup d’oeil au morceau de mur classé patrimoine historique lui rendant hommage.

Après cette petite plongée dans le Saint-Pétersbourg underground, je reprends le métro direction la Perspective Nevsky pour une petite pause sucrée. À quelques mètres de là, se trouve la Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan que m’a fortement conseillé de visiter Alina. L’extérieur est absolument magnifique avec cette inspiration néo-gothique. Quand on pousse les très lourdes portes, c’est un tout autre style qui vous attend. Il faut savoir que prendre des photos est interdit (c’est la seule cathédrale où je n’ai pas pu faire de photos à l’intérieur) puisque c’est le seul édifice religieux touristique où ont lieu des messes et prêches. La cathédrale est noire de monde, mais je suis éblouie par l’ambiance presque mystique du lieu, il y fait très sombre, tout est éclairé avec des bougies …

Je continue ma balade, le soleil commence doucement à se coucher. Direction la Cathédrale Saint-Isaac, je me dis qu’il est encore temps d’essayer de monter sur la terrasse panoramique qui offre une vue à 360° sur Saint-Pétersbourg. Malheureusement, à cause des fortes bourrasques de vent qui balayent la ville et qui renforce la sensation de froid glacial, je ne tenterai pas la visite. Ce sera pour une prochaine fois ! Ce qui ne m’empêche pas d’admirer l’architecture de la cathédrale qui est magnifique et impressionnante. Le soleil commençant à décliner, la cathédrale s’habille d’une lumière jaune/rouge très particulière, le ciel se charge de nuages … Cette lumière est à la fois particulièrement belle et mystérieuse …

Il est l’heure de dîner. J’ai repéré en passant plutôt une adresse qui semblait vraiment sympa. La décoration hyper chaleureuse, cosy … Un véritable voyage en Géorgie. Pour ce soir, ce sera un bon Bortch. Une soupe bien relevée et épicée, idéale pour se réchauffer avec quelques Khinkalis, mon pêché mignon.

Mon auberge ne se situant pas très loin, je décide de rentrer à pied. Je commence à vraiment apprécier Saint-Pétersbourg de nuit, la ville ne dort jamais. Il y a toujours du monde malgré le froid et les quelques flocons qui tombent ce soir là …

Jour 4 : Le Saint-Pétersbourg impérial et Art Nouveau

Pour cette dernière journée à Saint-Pétersbourg, le soleil m’honore de sa présence. Le ciel est bleu, le soleil brille de milles feux mais il fait bien froid. J’adore ce temps, c’est tellement agréable. Le programme d’aujourd’hui est assez simple, visiter l’Hermitage et profiter de la ville.

Découvrir le plus grand musée du monde

Après un délicieux petit déjeuner dans un petit café que j’avais vu sur la Perspective Nevsky, je me dirige vers la Place du Palais en passant sous l’arc de triomphe du Palais de l’État Major. La lumière est exceptionnelle, et les rues relativement calmes, j’en profite pour immortaliser ces bijoux d’architecture.

Direction, le Palais d’Hiver juste en face. Je n’avais pas pris mon billet sur internet toujours pour la même raison, puisque je dois présenter ma carte étudiante. Je pensais pouvoir l’acheter au niveau des bornes situées dans la cour du palais, mais sachez qu’il n’y est pas possible de prendre des billets avec une réduction. Il faut faire la queue. J’ai de la chance, il n’y a pas beaucoup de monde, basse saison oblige. Après avoir fait un petit tour par la consigne, je me dirige vers l’entrée. Il faudra passer encore par un checkpoint … Je commence à m’y habituer.

La visite de l’Hermitage peut commencer. Et quoi de mieux pour commencer cette visite que cette impression d’immensité, de grandeur et d’histoire. On est littéralement plongé dans le tourbillon de l’histoire avec la montée du fameux escalier du Jourdain dont on doit l’architecture à Bartolomeo Rastrelli.

Il est temps de se perdre dans ce palais et d’admirer l’impressionnante collection de peinture, de sculptures et d’antiquités …

La partie du musée qui m’a le plus fascinée est sans conteste celle consacrée à la Sibérie, l’Asie centrale et évidemment, l’art perse avec de magnifiques objets et peintures d’Iran. C’était absolument fascinant, d’autant que j’ai eu cette partie du musée pour moi seule. Le rêve …

Le Saint-Pétersbourg Art Nouveau et dernière balade nocturne

Après plus de 3 heures passées au sein du Palais d’Hiver, il était temps de marquer une pause. La journée est déjà bien avancée. Je dois retrouver Alina à la fin de la journée pour ma dernière soirée à Saint-Pétersbourg. En attendant, je me dirige vers la magnifique épicerie Elisseïev toujours sous le soleil. J’adore l’Art Nouveau alors j’étais absolument heureuse de découvrir ce bâtiment absolument magnifique construit entre 1902 et 1903 à la demande des frères Elisseïev par Gavriil Vasilyevich Baranovsky.

L’intérieur est spectaculaire, tout est beau. On a l’impression de faire un voyage dans le temps. Et ça sent divinement bon : le thé, le chocolat, le café … Il est temps de s’accorder une dernière pause sucrée. Je me laisse tenter par un divin thé blanc et un bon gâteau au chocolat. Le cadre est absolument parfait pour un moment à soi avec un bon livre de la littérature russe …

Alina me rejoint et me propose d’aller faire une balade le long de la Fontanka. Elle a un café à me montrer, malheureusement faute de place nous repartons mais c’est une adresse que je testerai lors d’un prochain séjour. J’adore l’ambiance qui me rappelle les petits cafés berlinois… Je suis dans mon élément !

On continue la balade, la nuit commence à tomber. Alina qui connait ma passion pour les livres me propose d’entrer dans une libraire. Elle est considérée comme la meilleure librairie de Saint-Pétersbourg. Je suis ravie de finir mon séjour russe sur une note littéraire.

Nous parlons littérature et elle me parle de Sergueï Dovlatov, son auteur préféré que je ne connais pas. J’en profite pour acheter un livre d’Edouard Limonov, c’était une chose que je tenais absolument à faire lors de ce séjour, revenir avec dans mes bagages un livre peu importe lequel de Limonov. Ce sera un recueil de poèmes inédit et jamais traduit en français, c’était surtout le seul livre disponible dans la librairie. Finalement, je repartirai avec également un ouvrage de Sergueï Dovlatov et un super tote bag dont les bénéfices sont reversés à une association de Saint-Pétersbourg qui s’occupe d’aider des enfants autistes.

Après ces quelques achats, on se dirige vers le Musée Anna Akhmatova que je voulais visiter mais qui était fermé en raison de ce long week-end férié. Ce sera également pour la prochaine fois. Ce qui ne nous empêche pas de visiter la cour intérieure de l’immeuble. Pour la petite anecdote, Anna Akhmatova était une poétesse russe du XXème siècle qui a vécue les sombres années de la grande terreur stalinienne et la censure puisque ses poèmes ont pendant une longue période étaient interdits. Elle a pendant longtemps vécue sous surveillance dans son petit appartement aujourd’hui transformé en musée à sa mémoire. D’ailleurs, dans la cour de l’immeuble, se trouve toujours le banc sur lequel les agents du NKVD pouvaient la surveiller … Étrange sensation.

Après cette petite parenthèse historique, nous décidons d’aller dîner. On pousse une porte au hasard et nous voilà partie pour profiter de notre dernière soirée à Saint-Pétersbourg, dans la joie et la bonne humeur.

On profitera d’une dernière balade sur la Perspective Nevsky avant de se quitter en se promettant de nous revoir très vite en Russie pour redécouvrir Saint-Pétersbourg et aller ensemble à Moscou. Tout comme on parle de faire un voyage en train ensemble jusqu’à Mourmansk, tout au nord, au delà du cercle polaire. C’était le projet pour juin 2020, histoire de fêter dignement mon anniversaire, malheureusement, le Covid-19 en aura décidé autrement … Je quitte Alina toute émue par cette rencontre, le hasard de la vie. Je la remercie encore mille fois de m’avoir contactée. C’est sans nul doute, la plus belle rencontre que j’ai faite ces derniers temps. Je n’ai aucune envie de quitter Saint-Pétersbourg et la Russie demain. Je m’endors en me promettant de profiter dignement de mes dernières heures demain …

Jour 5 : Dernière déambulation …

Dernières heures à Saint-Pétersbourg. Ces quelques jours dans la capitale des Tsars sont passés si vite ! Je n’ai aucune envie de quitter mon cocon russe. Je profite d’un dernier petit déjeuner au Café Singer dans la Maison du Livre juste à côté. J’essaye de graver dans ma mémoire ces dernières images de la Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan et de l’agitation qui règne en ce mercredi matin sur la Perspective Nevsky. Il ne me tarde pas de partir, Saint-Pétersbourg a définitivement conquis mon coeur…

Après un bon petit-déjeuner, j’en profite pour acheter quelques souvenirs à rapporter en France un étage plus bas. Pour ça, la Maison du Livre est le meilleur endroit. J’y ai même acheté des cartes postales quelques jours plutôt. Il me reste encore une petite heure avant de libérer ma jolie chambre. Il est temps d’aller faire une balade le long des quais près de la Cathédrale du Saint-Sauveur-Sur-Le-Sang-Versé.
Je voulais en profiter pour la visiter, mais elle est fermée. Ce n’est que partie remise ! Admirer sa magnifique architecture et la multitude de bulbes et tout aussi intéressant et fascinant.

Après cette petite balade, il est temps de retourner prendre mes affaires. J’en profite pour demander à Alice la réceptionniste où je peux trouver un bureau de poste dans les parages. Finalement, je serai sauvée par un couple de russes qui se propose gentiment de poster mes cartes postales. La gentillesse et la générosité russe n’est pas un mythe. Je dis au revoir à tout ce beau monde et il est temps de faire le chemin que j’ai fait quelques jours plutôt mais dans le sens inverse … Un dernier regard sur la Perspective Nevsky et je m’engouffre dans le profond métro pétersbourgeois en essayant de m’imprégner des sons et de l’ambiance … Direction l’aéroport, il est déjà temps de regagner Paris. Da Svidania Piter, ce n’est qu’un au revoir. Je me suis promis de découvrir ce pays fascinant, magnifique et dont nous, Français et occidentaux avons une image si loin de la réalité.

Ce qui s’est passé avec Saint-Pétersbourg et avec la Russie est un véritable coup de foudre. J’étais déjà très intéressée par son histoire, sa littérature mondialement connue et ses habitants dont il est terriblement frappant de voir la multitude d’ethnies. Mais voir la Russie avec mes propres yeux avait quelque chose de bouleversant. Et je ne parle même pas de la gentillesse des gens, la curiosité dont ils font preuve à votre égard. Cette envie d’aller vers l’autre, de le connaître et de comprendre pourquoi il s’intéresse à la Russie. C’est ce que j’ai vécu avec les mamies russes. Je crois que le plus joli souvenir que je garde, hormis le fait de connaître Alina, c’est ces petits moments de discussions avec les mamies qui me demandaient d’où je venais et qui était si amusées par le fait que je sois capable de dire quelques mots en russe. Ça m’a profondément émue.

Vraiment, ce premier séjour en terre russe m’a marqué à tout jamais. Je n’ai qu’une hâte, c’est y retourner et découvrir davantage la belle et grande Russie …

4 commentaires
0

Un nuage d'articles ?

4 commentaires

argone 21 avril 2020 - 14 h 22 min

J’avais hâte de lire ton article et je ne suis pas déçue !!!! j’en ai pris plein les yeux et je suis sûre que tu es revenue avec plein de merveilleux souvenirs … j’espère découvrir cette ville magnifique à mon tour aussi, un jour ….

Répondre
Miryam 21 avril 2020 - 16 h 58 min

Merci infiniment d’être passée par là. Vraiment. Ça me touche beaucoup 🙂
Je suis ravie de t’avoir fait voyager en Russie et je te souhaite de tout coeur d’y aller. Pleins de beaux souvenirs que je vais chérir très longtemps. Je crois que c’était une bonne destination avant le confinement …

Répondre
Estelle 24 avril 2020 - 11 h 23 min

Magnifique. Comme toi, le jour où j’irai en Russie pour la première fois, je choisirai St Petersbourg en priorité car les musées et monuments sont encore plus grandioses et intéressants qu’à Moscou (l’Hermitage et St Sauveur sur le sang versé). Mais jusqu’à maintenant la procédure de visa avec invitation obligatoire m’a refroidie pour y aller juste 1-2 semaines. J’avais vu qu’en 2020 le e-visa faisait son apparition. Peut-être une occasion d’y aller maintenant (enfin avec le covid on n’est plus sûr de rien ).
Ton récit donne super envie et on voit que tu as été vraiment touchée par ton séjour.

Répondre
Miryam 24 avril 2020 - 17 h 45 min

Merci pour ton passage par ici ! 🙂
En faite, à la base, je voulais faire le combo Saint-Pétersbourg et Moscou sur une semaine. Mais je me suis dit que c’était bien trop juste et vivant en Allemagne, j’ai eu des soucis pour faire le visa du coup je me suis dit que ce serait pour une prochaine fois. Et franchement, pas de regrets. En faite, pour être exacte, avec le e-visa qui est seulement valable pour Saint-Pétersbourg a une durée de 8 jours. Donc tu peux facilement y aller sans aucune invitation. Je t’invite à jeter un coup d’oeil à cet article où j’ai mis quelques infos : https://www.nuagenomade.fr/russie-saint-petersbourg-conseils-et-informations-pratiques/

Et pour info, le e-visa a fait son apparition en octobre 2019. Valable seulement dans l’Oblast de Léningrad et d’autres régions comme l’Extrême-Orient. La Russie parle de généraliser le e-visa pour toute la Russie à partir de 2021. Donc il y aura moins de soucis pour y aller 🙂
J’ai eu de la chance d’y aller juste avant les restrictions liées au Covid-19 mais sur place, ils ne rigolaient pas …

C’est très gentil ! Oui, franchement très touchée, émue et heureuse d’avoir pu visiter ce pays ! 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.