Journal d’expatriation : mars 2020

par Miryam
2 commentaires

Un journal d’expatriation un peu particulier ce mois-ci en raison des circonstances actuelles liées au Covid-19 que nous vivons actuellement de part le monde. Voyons voir ce qui s’est passé en mars 2020 à Paris …

Vous le savez, le mois dernier a était marqué par la fin de mon contrat d’assistante de français en Allemagne. J’ai donc quitté Bayreuth pour Paris, fin février avant de m’envoler quelques jours vers Saint-Pétersbourg en Russie pour un voyage solo dans la capitale des Tsars …


Un mois parisien

Je suis donc revenue à Paris où je pensais rester jusqu’à fin avril avant de reprendre le chemin de l’université. Mais avec la pandémie qui sévit actuellement à cause du COVID-19, mon retour en Allemagne est actuellement en stand-by.
Je vais être honnête, ça m’arrange totalement tant moralement que financièrement. Moralement, car je ne suis pas encore prête à revenir en Bavière. Je crois que ce qui s’est passé m’a profondément blessée. J’en arrive même à être extrêmement critique vis à vis de l’Allemagne. Et financièrement, car c’est bien évidemment compliqué et que toute économie est la bienvenue. Mais c’est aussi et surtout l’occasion pour moi de passer du temps avec ma mère et ça j’en ai bien besoin.

Après mon retour de Saint-Pétersbourg, j’ai travaillé quelques jours au centre de loisirs afin de pouvoir mettre un peu d’argent de côté pour mon retour à Bayreuth. Je n’ai pas pu travailler autant que je le voulais puisque les écoles ont fermées (heureusement pour les enfants!) mais cela m’a permis de me tenir occupée quelques jours et de revoir les minis-humains du centre que je connaissais et que je n’avais pas vu depuis septembre !


Redécouvrir Paris

Avant la mise en place du confinement, j’en ai profité pour explorer Paris. C’est un peu le problème quand on a grandit en région parisienne et qu’on n’y vit plus depuis 2012, c’est difficile de redécouvrir une ville. J’ai eu pendant très longtemps du mal à supporter de prendre le métro ce qui limitait mes déplacements. Et comme la majeure partie de mes ami(e)s sont éparpillés en Allemagne et ailleurs, je revenais surtout pour voir ma famille et je repartais aussitôt. Je me rends compte que c’était une erreur car il y a tellement de choses à découvrir à Paris !

Après mon retour de Saint-Pétersbourg, je suis allée déjeuner devinez où ? Dans un resto russe ! Je l’avoue, j’étais très contente de retrouver une ambiance russe histoire de prolonger le plaisir). Après ça, je suis allée découvrir deux librairies que l’on m’a recommandées. Et évidemment, impossible de repartir sans livres la tentation était trop grande. Après avoir dit au revoir à Arthur le chat employé qui n’aime pas les câlins et entre deux averses, direction la MEP. Et là, fail : fermé.

En guise d’alternative, direction l’Institut Suédois. Là encore, fail. Ils étaient en train de fermer. La dose de culture suédoise ce sera pour un autre jour. Tout ça s’est terminé par une balade. J’ai découvert qu’il y avait un Musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Ainsi que le très chouette marché des enfants rouges et un resto tenu par une association où le principe est de découvrir la cuisine des pays dont sont originaires les migrants qui y travaillent. À tester une prochaine fois et en plus, ça permet de faire une bonne action !

Passage Vivienne

La semaine suivante, j’ai travaillé toute la fin de semaine au centre de loisirs. J’étais donc bien contente d’aller passer la fin d’après-midi au Jeu de Paume. J’ai eu ainsi l’occasion de voir la super expo photo Le supermarché des Images que j’ai adoré. Le thème central est la société de consommation et la surabondance d’images dans notre société. J’ai particulièrement aimé l’immense fresque Since You Were Born d’Evan Roth où l’idée était de récupérer toutes les photos du cache de son moteur de recherche depuis la naissance de sa fille, soit environ 10 ans de consultation sur le net. Après ça, petite balade parisienne – j’ai ENFIN découvert le Passage Vivienne. Je suis une étrangère c’est terrible – avant de finir la soirée dans un bar mexicain trouvé au hasard.


до свидания Лимонов …

Ce mois de Mars a surtout était marqué pour moi, par le décès d’Édouard Limonov le 17 mars dernier. Je ne m’y attendais pas, c’était si soudain et choquant. D’autant que j’espérais lors d’un prochain voyage en Russie pouvoir assister à une rencontre ou une lecture. Les réponses à mes multiples questions resteront donc lettres mortes …
J’ai après coup, su qu’il avait un cancer lui aussi mais il n’en avait rien dit. J’ai découvert ce Monsieur hors-norme, à la vie complètement dingue lorsqu’on m’a recommandé de lire la biographie que lui a consacré Emmanuel Carrère. Depuis cette découverte, ce livre est entré dans le panthéon de mes livres préférés.


Et toi avril ?

Avril s’annonce parisien, lui aussi. Nous sommes confinés jusqu’au 15 avril (au mieux). J’ai appris tout à l’heure que le semestre d’été reprenait comme prévu le 20 avril, mais à distance. Je vais donc travailler de chez mes parents pendant quelques temps, en attendant de pouvoir repartir à Bayreuth au mieux vers la mi-mai dés qu’il sera possible de voyager et que des vols seront programmés. Mais dans tous les cas, je devrais passer par la case quarantaine à mon retour. C’est pratiquement certain … On verra bien !

2 commentaires
1

Un nuage d'articles ?

2 commentaires

aurelie@travelingaddress 31 mars 2020 - 15 h 55 min

tu as fait de belles découvertes! J’avoue que le marché des enfants rouges et le restaurant me tentent bien aussi!

Répondre
Miryam 31 mars 2020 - 23 h 13 min

Oui, c’est vrai ! Ben écoute, quand ce termine ce confinement on essaye de se faire une sortie parisienne et comme ça on teste ce resto et on va faire une balade au marché ! 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.